fr
  • Trouver un tuteur
  • Devenir tuteur

Apprendre une nouvelle langue implique de toute évidence de la motivation et une certaine discipline de la part de l’apprenant. Mais il ne saurait y avoir de classement absolu des langues par ordre de complexité puisque cette complexité est relative et peut varier d’un apprenant à un autre. En effet, il vous serait plus facile d’apprendre une langue présentant des similitudes avec votre langue maternelle que d’apprendre une langue dont l’alphabet, la syntaxe, les règles grammaticales sont à l’antipode de celle-ci.

Apprendre une nouvelle langue n’est pas aussi compliqué qu’il n’y paraît. Tout ce dont vous avez besoin, c’est de constance et de matériel d’étude adéquat ; vos objectifs linguistiques seront atteints avec le temps. Lorsque la langue est vraiment difficile, la meilleure option serait de commencer avec un professeur. Un professeur particulier vous accompagnera dans l’apprentissage de la nouvelle langue, vous expliquera la grammaire, le système d’écriture et vous aidera à parler en toute confiance. Rendez-vous sur LiveXP et commencez à apprendre n’importe quelle langue en tête-à-tête avec un tuteur professionnel.

Choisissez une langue dès aujourd’hui et lancez-vous dans une aventure aux possibilités infinies.

Quelle est la langue la plus difficile à apprendre pour un francophone ?

Voici quelques langues étrangères dont l’apprentissage peut s’avérer complexe pour un natif de la langue française.

Le chinois mandarin

Le chinois vient en tête de liste des langues les plus difficiles à apprendre selon l’UNESCO. C’est une évidence, diriez-vous, et vous avez raison. En effet, la complexité de la langue chinoise fait l’unanimité.

La difficulté à maîtriser le chinois mandarin se justifie par plusieurs points :

  • Inexistence d’alphabet ;
  • écriture basée sur des milliers de sinogrammes (caractères chinois) ;
  • 4 tons à l’oral (ton plat, ton descendant, ton montant et ton montant-descendant).

Pour apprendre le mandarin, vous devrez donc apprendre à prononcer, lire et écrire les sinogrammes. Mais soyez rassuré, quelques centaines sur les milliers existant, suffiront pour vous permettre de vous exprimer couramment.

Le grec

L’évocation du mot « grec » a tendance à nous faire penser à l’époque antique, mais la langue a bien évolué depuis cette époque. Pour rappel, l’alphabet grec en a inspiré plusieurs autres, dont l’alphabet latin duquel découle l’alphabet français. L’apprentissage de l’alphabet grec est donc relativement aisé pour un natif francophone.

Cependant, la complexité du grec trouve son origine dans ses multiples déclinaisons complexes et ses nombreux tons liés aux accents. Aussi, la forme de certaines lettres varie en fonction de leur position dans un mot.

L’arabe

L’arabe vient en troisième position dans la classification des langues d’apprentissage complexe. La première particularité de l’arabe c’est qu’il s’écrit et donc se lit de la droite vers la gauche. Aussi, il comporte très peu de voyelles ce qui fait qu’il comporte assez de sons gutturaux difficiles à prononcer. De plus, les lettres changent de forme en fonction de leur position dans un mot. Mais il ne s’agit là que de la base, car nous parlons de l’arabe littéraire.

En réalité, l’arabe littéraire, quoique formel, ne vous permettra pas de converser dans un milieu arabe. Il existe plusieurs dialectes (variétés de la langue) arabes présentant tous des nuances considérables par rapport à l’arabe littéraire. Vous devrez donc, après la maîtrise de l’arabe littéraire, vous familiariser avec le dialecte de votre choix afin de pouvoir tenir des conversations en arabe et vous faire comprendre.

L’islandais

L’islandais est une langue germanique, flexionnelle qui comprend 3 genres grammaticaux (masculin, féminin ou neutre). Comme l’allemand ? Pas tout à fait ! La complexité de l’islandais par rapport aux autres langues germaniques se justifie par le fait, qu’il soit parlé par une population de faible densité. De plus, cette langue est restée très proche de sa structure originelle et n’a pas vraiment évolué. Très conservateurs, les islandais préfèrent s’inspirer de leur lexique pour créer de nouveaux mots plutôt d’emprunter des mots étrangers pour désigner les nouvelles inventions technologiques par exemple. Tous ces facteurs en font une langue moins accessible à l’apprenant étranger.

Le japonais

Pas étonnant que le japonais se retrouve dans ce top des langues complexes, puisqu’il présente assez de similitudes avec la langue la plus difficile au monde. Tout comme le chinois, l’écriture japonaise est basée sur des caractères subdivisés en 2 catégories (les kanjis et les kanas). Les kanjis sont d’origine chinoise et les kanas sont subdivisés en 2 sous-catégories comprenant les katakanas (une forme moderne des kanjis) et les hiraganas (qui servent à écrire des mots étrangers à la culture japonaise).

Une autre précision importante, le japonais est très pointilleux sur les expressions de politesses propres à la culture japonaise et qui varient selon les situations sociales. Ces expressions n’ayant pas de correspondances dans les langues étrangères ne sont pas toujours faciles à assimiler pour l’apprenant.

Apprentissage des langues

Apprendre l'anglais : parcours personnalisé et exercices assistés par IA
learning path Essayer gratuitement
learning path